Archive pour la catégorie ‘à Boire’

Le métissage alimentaire France-Asie du Sud Est à l’honneur au Pôle de Gastronomie le 2 avril 2016

Les étudiants du Pôle Universitaire de Gastronomie organisent un événement exceptionnel le 2 avril prochain

Les étudiants du Pôle Universitaire de Gastronomie organisent un événement exceptionnel le 2 avril prochain

Le Métissage Alimentaire France – Amériques à l’honneur au Forum « Patrimoine en Bouche 2015 »

20 et 21 mars 2015 au Pôle Universitaire de Gastronomie

20 et 21 mars 2015 au Pôle Universitaire de Gastronomie

Conférence sur le vignoble du Beaujolais en Sorbonne

A l’occasion de l’arrivée du beaujolais nouveau, une conférence autour du vignoble du Beaujolais s’est tenue en Sorbonne le jeudi 20 novembre. Des représentants de l’Inter Beaujolais ainsi que  le vigneron  Fabien Chasselay ont présenté les spécificités et la diversité du vignoble du Beaujolais. Ils étaient accompagnés de l’historien de la vigne, Jean-Baptiste Noé, qui a retracé l’histoire du beaujolais nouveau des années 1950 à nos jours.

Beaujolais en Sorbonne 3

Formation en biérologie : 21 et 28 mars 2014

bièrologie

Conférence du 12 avril 2013 autour du saké

C’est une belle conférence Geofood qui s’est tenue le 12 avril dernier dans l’amphithéâtre Roger Dion (historien de la vigne et du vin) à l’Institut de Géographie de Paris :
Monsieur Hiroshi Sakurai, PDG de la Maison de saké Asahi Shuzo, a fait une conférence magistrale autour de cette boisson identitaire, à laquelle Nicolas Baumert a consacré sa thèse (co-éditée en 2011 par les PUR/PUFR).
Il était accompagné de Monsieur Kei Miyagawa (à droite sur la photo), Président de Saké service institute en Europe, et de Monsieur Sylvain Huet, qui tient le meilleur blog français sur le saké japonais : www.nihonshu.fr
conférence autour du saké

Une soirée aux couleurs de la Bourgogne

Mercredi 24 novembre 2010, nous avons  organisé une rencontre avec la vigneronne Virginie Taupenot du domaine Taupenot-Merme en Bourgogne.

Elle nous a parlé de son domaine, de son travail et  a partagé sa passion avec nous.

Cette rencontre a été un franc succès et nous avons été heureux de vous accueillir nombreux et nous espérons que cette rencontre vous a comblés.

Nous avons par ailleurs été ravis de la présence d’étudiants de l’école du Cordon Bleu Paris.

Nous espérons vous retrouver bientôt pour de nouvelles dégustations en notre compagnie
L’Équipe Geofood

Ze Wodka War

C’est quand Maria, l’atout charme du bureau de l’asso, nous a sorti sa petite vodka made in St Petersbourg pour le dessert qu’on s’est dit que ça n’avait tout de même rien à voir avec la pauvre Smirnoff qu’on dilue dans du applejuice de la marque au « pouce vert » pour soirée où l’ethylisme est de rigueur.
Au même titre que le pétrole ou le gaz, la vodka est devenue une véritable monnaie d’échange au doux parfum de pouvoir et de gros sous. Longtemps elle fut associée au poivreau russe aux joues roses nostalgique de sa carrière dans la marine soviètique et frequentant les bars un peu sordides de la péripherie moscovite.
Popopo, la vodka c’est un art de vivre plus classe !
Son origine nous vient d’ailleurs d’une terre plus catho qu’orthodoxe : La Pologne. Bien que contestée par les russes, la Wodka polonaise c’est la babushka de la gnôle pour les puristes.
alors Vodka ou Wodka ?
On a déniché pour vous un reportage sur la mise en bouteille des relations russo-polonaises réalisé par le correspondant suédois du magazine décalé Vice, qui semble desormais être calé sur autre chose que la musique électro ou l’art trash berlinois.
Un reportage où humour, impro et vrais rencontres font bon ménage.

Na Zdrowie !

J.L

Le beaujo c’ est bieau ! A bas la prohibition !

Les Américains nous avaient déjà inventé un « french paradox ». Aujourd’hui, c’est la France qui s’invente elle-même un french « french paradox » : elle est l’un des meilleurs producteurs de vin et l’un des plus passionnés consommateurs de vin au monde et voilà, que les pouvoirs publics désignent le vin comme de… l’alcool ! On doit cette glissade à des médecins, anciens carabins qui avaient sans doute trop tiré sur le goulot (les carabins sont les plus mal élevés des étudiants) et qui ont colonisé les hautes sphères de l’Etat.
Voici donc ce que nous recevons en héritage lorsqu’on a vingt ans aujourd’hui. Des restrictions, des mises en garde, de la prohibition partout ! Dire que tout ce qui s’est écrit et bu dans ce haut lieu de la culture qu’est la Sorbonne qui a compté un président amateur éclairé de bons vins, et qui a fondé l’une de nos associations de dégustation, dire que tout cela serait passé par pertes et profits ! Qu’il nous faudrait la fête américaine, c’est-à-dire aux sodas et colas ! Quelle régression !
Nos deux associations veulent apprendre à boire et à manger. Elles cherchent le meilleur de ce qui se fait en vins aujourd’hui, non pas les grands vins qui sont passés dans le tournis de la spéculation pour milliardaires désoeuvrés ou capitalistes âpres au gain. Mais des petits vins, des vins qui racontent une histoire, une histoire entre un vigneron et sa terre, entre un vigneron et ses clients. Et nous choisirons ce qui se fait de mieux dans ce créneau, le bio.
Bien sûr, on connaît les filous et les arnaques sur le bio, mais ce serait nier les efforts de tous ceux qui s’attachent à faire de la qualité. Plutôt que d’aller chercher la dernière tendance du beaujolais cette année (après la banane, le kiwi, que vont-ils nous servir, cette année ?), nous allons à la rencontre de producteurs qui s’attachent aussi à bien faire pour l’environnement.
Nos apprentissages à boire sont meilleurs lorsque nous rencontrons les vignerons qui ont ce souci d’une qualité non frelatée. Quant à nous, c’est toute la France du vin qui se réjouit ce soir que nous fêtons !
François Vignaud et Jérémie Larrieu

In beaujolais I trust

Les associations étudiantes Geofood et Urbam’s se mobilisent à l’occasion du Beaujolais Nouveau pour organiser une dégustation de vins biologiques dans la cour de la Mairie du 2ème arrondissement, Place des Petits Pères (Métro 3 station Bourse), ce jeudi 19 novembre de 20h à 21h30 avec le soutien de la Mairie du 2ème arrondissement. Un vigneron qui a fait le choix éthique de la viticulture biologique dans le Beaujolais nous accompagnera tout au long de la soirée.

Profitez-en : c’est gratuit pour les étudiants ! une seule condition : s’inscrire par retour de mail : geofood.sorbonne@gmail.com

Geofood et Urbam’s vous offrent cette dégustation ! Il s’agit pour ces deux associations qui militent pour l’éducation aux goûts et l’éducation oenologique de tirer la sonnette d’alarme et d’attirer l’attention des medias et des pouvoirs publics :


La prohibition, ça suffit ! Messieurs les gouvernants, voulez-vous laisser périr cette merveilleuse civilisation du vin qui a tant donné à notre culture française, sous prétexte que le vin serait de l’alcool ? Nous demandons que soient autorisées et organisées des dégustations dans toutes les universités et les grandes écoles pour aider les jeunes à retrouver ce patrimoine vivant du vin. Apprenons à déguster et à apprécier les vins de qualité avec plaisir et modération !